Apprentis d'Auteuil

Les enfants de la MECS et l’EAJ Saint-Benoît « sur les chemins de l’école »

IMG_2336Les enfants de Saint-Benoît (Seynod, 74), ont réalisé un projet d’action éducative et de solidarité internationale au Maroc, du 9 au 19 février 2015. Dix jours de découverte, à la rencontre de jeunes, c’est bien. Profiter de ce voyage pour ouvrir les enfants à un effort solidaire, c’est mieux. Et c’est là une des valeurs ajoutées d’Apprentis d’Auteuil : expérimenter l’engagement à la solidarité.

IMG_2365Emmener un groupe de jeunes d’une maison d’enfants découvrir le quotidien d’écoliers marocains, tel était l’enjeu du chantier international préparé par les équipes de l’établissement Saint-Benoît depuis e longs mois. En effet, le Maroc enregistre l’un des taux les plus élevés des pays arabes concernant l’abandon scolaire. Les disparités sont très importantes et les enquêtes montrent que le taux de scolarisation des jeunes filles ne dépasse pas 16,5% dans certaines zones rurales. Rénover des écoles dans les campagnes, au plus près des villages, est un moyen de promouvoir et contribuer à l’amélioration de l’accès des enfants, notamment des jeunes filles à la scolarité. Apprentis d’Auteuil s’est donc rapproché de l’association Afoulki pour imaginer un projet ensemble : permettre aux petits français de découvrir la scolarité au Maroc, et profiter de ce voyage pour donner de leur temps et de leur énergie à la restauration des classes. Un objectif : faire prendre conscience à nos enfants que l’accessibilité à l’école est une vraie richesse en France.

IMG_2680Pour Jean-François Dietlin, directeur de Saint-Benoît : « Un chantier international peut offrir la possibilité à nos jeunes de la maison Saint-Benoît de pouvoir se placer en situation de mobilité et d’entraide. Ce projet va leur faire découvrir les conditions réelles d’accessibilité à l’école en milieu rural au Maroc, et ainsi ils vont prendre conscience de la facilité avec laquelle ils vivent en France. D’une manière pédagogique, cela nous permet de placer des jeunes en position d’acteurs et de les aider à développer des valeurs d’engagement et de fraternité« .

IMG_2341Le projet a donc engagé 8 enfants de la Maison d’enfants et de l’Accueil de jour Saint-Benoît , de 10 à 16 ans. Accompagnés de 4 adultes, éducatrices et maîtresse de maison, la fine équipe a rejoint le village de Ghazoua, à 7 km d’Essaouira. Une partie du temps a été consacré à des activités de découverte interculturelle et touristique. Une autre pour un temps essentiel pour ces enfants : la rencontre avec d’autres jeunes, de leur âge. Une petite angoisse a été perçue aux premiers mots échangés, heureusement un ballon de foot et des dessins ont vite permis les meilleurs de tous les dialogues. Et les amitiés se sont créées rapidement entre français et marocains, au rythme des activités : sport, visites, calligraphie, soirées. Les enfants ont pu découvrir le quotidien des petits de Ghazoua : venir à l’école le matin, cela représente pour certains plusieurs kilomètres à pied. Mais chacun arrive avec le sourire et l’envie d’apprendre. Et le maître les reçoit chaque jour avec autant de joie. Les salles n’ont pas le même confort qu’en France, les classes sont nombreuses, mais les enfants respectent l’ordre et le maître.

IMG_2444Dernière partie du temps : le chantier. Certes, à 10 ans, on est un peu jeune pour peindre, poncer, dessiner. Mais on est capable de réfléchir à la solidarité, l’entraide, le don gratuit. Ainsi le groupe a réalisé la restauration d’une salle informatique, et a repeint l’ensemble d’un bâtiment de l’école de Ghazoua. Pour le dernier jour, les familles se sont rassemblées autour du groupe annécien pour les féliciter et leur montrer leur reconnaissance. Grand bravo à Jimmy, Johanna, Manon, Tiago, Guy, Kathleen, Charlotte et Loïc.

Autre facette de ce voyage, le départ en parallèle de 2 éducateurs pour le raid humanitaire 4L Trophy, avec pour objectif de distribuer du matériel scolaire aux écoles marocaines.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire - tous les commentaires sont sujets à modérations.