Apprentis d'Auteuil

8 postes à pourvoir grâce à La salle à Manger de Grenoble

sam-formation-webLa première promotion de La salle à Manger de Grenoble est en cours de recrutement.

9 mois de formation entre le restaurant-école d’Apprentis d’Auteuil et des enseignes locales de restauration, en alternance. A la clé : un titre professionnel et un emploi dès juin 2017. Qu’on se le dise, la formation débutera début novembre.

Retours sur le lancement de ce nouveau dispositif de formation et d’insertion de jeunes dans la restauration au service d’une employabilité durable.

 

100_5797Peu de choses touchent autant de gens qu’une assiette bien fichue. Gastro ou bistro, locale ou mondiale, carnivore ou vegan. L’engouement se reflète en cuisine : la bouche est un métier qui plaît, au chef étoilé comme au tablier incognito. En matière d’insertion professionnelle, miser sur ce qui suscite l’enthousiasme  est donc non seulement du bon sens, mais aussi la promesse de beaucoup de satisfaits à l’arrivée. Un point de vue partagé par la fondation Apprentis d’Auteuil : ils ont récemment ouvert un restaurant d’insertion Grenoble, La salle à Manger.

Un accélérateur d’insertion

Un plat du jour à 8,50 euros dans un lieu design avec cour ensoleillée. En apparence, un restaurant tout ce qu’il y a de plus normal, si ce n’est déjà bien agréable. Sauf qu’ici, serveurs et cuistots sont des jeunes en formation.
En novembre, la promo 2016-2017 prendra place. Leur formation a été pensée pour favoriser la réussite. Lorsqu’ils débuteront, c’est d’ailleurs en sachant déjà qu’ils seront employés en juin prochain : un facteur de motivation qui compte énormément.set-sam
Les apprentis sont encadrés par des formateurs professionnels et réalisent tous en parallèle un stage en alternance en entreprise de restauration. Ce booster d’insertion a fait ses preuves, puisque le modèle est déjà en place à Lyon depuis 2013 et affiche un taux d’insertion professionnelle de 100 %. A l’issue des 9 mois de formation, le contrat CARED permet en effet leur embauche, au travers, entre autres, d’un soutien régional significatif. En signant, un apprenti s’engage donc avec la région, le restaurant-école (La salle à Manger) et le restaurant qui l’embauche.

 

Lever les freins des plus démunis

100_5858Les jeunes qui sont ici sont orientés par des structures sociales ou associatives comme Pôle Emploi ou la Mission Locale. Ils sont en difficulté sociale, financière ou familiale. Objectif : leur permettre une insertion douce. Cela passe notamment par des horaires adaptés : le restaurant est essentiellement ouvert le midi. Un service par jour, c’est cependant tout à fait suffisant : arrivés dès novembre prochain, les apprentis recevront en juillet le titre professionnel d’agent polyvalent de restauration. L’équivalent d’un CAP, que l’allègement des matières générales comme le français ou l’histoire permet d’obtenir en beaucoup moins de temps.
Ils bénéficient d’ailleurs aussi d’une aide qui dépasse les murs carrelés de la cuisine, à savoir un accompagnement sur des problématiques transversales individuelles : problèmes de logement, financiers, relationnels. En bref, tout ce qui peut représenter un frein à l’insertion.

Et dans l’assiette ?

100_5895Le restaurant s’oriente vers des produits et des vins locaux. Canard au miel, saumon à la plancha, salade du Champsaur avec des tourtons ou encore le fameux nougat glacé du chef : on y mange bien.
Des plats exécutés à la perfection même. Car c’est cela aussi qui importe : un apprentissage de qualité. Si les Apprentis d’Auteuil ont pris le parti de proposer une carte franche et simple, c’est aussi pour faire découvrir rapidement aux apprentis le plaisir de la maîtrise d’un sujet, de l’excellence.
Les jeunes ont eu des parcours difficiles : ils sont prêts à aller loin, et, bien accompagnés, peuvent aisément le faire.
C’est par exemple le cas de Marie, 3e promotion de la SAM Lyon. Une scolarité compliquée et des ennuis de santé ne lui ont pas permis de faire d’études supérieures. En juin dernier, elle a toutefois terminé sa formation et signé un contrat dans la foulée dans une grande enseigne de la restauration collective.

 

Des soutiens forts et bienveillants

 

alfred-farrugia-3La soirée d’ouverture du restaurant a eu lieu au début du mois d’octobre. L’occasion de remercier les nombreux soutiens qui donnent vie au dispositif et de leur donner un aperçu gourmand du dispositif en action.
Tous nous ont témoigné leur satisfaction de voir pareil projet aboutir. Yannick Neuder, vice-président Région Auvergne Rhône-Alpes, souligne ainsi que « la totale autonomie qu’acquièrent ces jeunes à l’issue de leur formation leur permet la première des libertés sociales ».
Le projet doit aussi son souffle quotidien à ceux qui l’animent. Sylvain Dodos, responsable du restaurant, nous rappelle ainsi la force de ce choix : « J’ai choisi de m’engager ici puisque ce métier me permet de conjuguer mes deux passions : la cuisine et la formation. Ce sont des métiers qui ont des valeurs fortes de travail, d’exigence et de progrès, dans un secteur avec de la place pour des jeunes ».

Alors longue vie au restaurant, qui peut déjà compter sur de nombreux habitués !

 

Restaurant La salle à Manger – Grenoble

logo-sam-definitif-lg-bd6, rue Emile Gueymard – face à la gare SNCF, au pied de l’espace du Sacré-Coeur.

ouverture du lundi au vendredi de 12 à 14h, mercredi et jeudi soir 19 à 21h

réservations 04 38 02 96 16

www.lasalleamanger.apprentis-auteuil.org

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire - tous les commentaires sont sujets à modérations.